Saaret, joita rikkaat ekoterroristit kahlitsevat?


Jaa tämä artikkeli kavereillesi:

Les petites îles accusent les pays riches « éco-terroristes »

Les petites îles, menacées par la montée des eaux, ont accusé en 2005, à Maurice les pays industrialisés de commettre des actes d' »éco-terrorisme » et les ont appelés, avec le secrétaire général de l’Onu Kofi Annan, torjumaan ilmastonmuutosta.

Presidentti Anote Tong, valtionpäämies Kiribatin, Tyynenmeren atolli 90.000 asukasta vain muutaman metrin merenpinnan yläpuolella, tuomitsi päästöt kasvihuonekaasujen, maapallon lämpenemistä, kansainvälisellä kokouksessa YK Port Louisissa pienten kehittyvien saarivaltioiden.

« Ces actes délibérés de la part de certains, destinés à sécuriser leurs bénéfices au détriment des autres, peuvent être comparés à des actes de terrorisme, d’éco-terrorisme », a-t-il ajouté. « La communauté internationale doit prendre des mesures immédiates et totales pour réduire les émissions de gaz à effet de serre », a lancé M. Tong.



« Nous devons être prêts à prendre des mesures décisives face au changement climatique », a confirmé M. Annan lors de la même réunion.

« Qui oserait affirmer que ce que nous faisons suffit? », a-t-il demandé, appelant la communauté internationale « à prendre des mesures décisives face au changement climatique ».

Malediivien, Tuvalun ja Marshall-saarten kanssa Kiribatin tasavalta on yksi maista, jotka nousevat vesistöihin, jotka liittyvät ilmaston lämpenemiseen. Malediivipääkaupunki, mies, voi kadota 2100: ssa paikallisviranomaisten skenaarion mukaan.

Helmikuu 16 merkitsee Kioton pöytäkirjan voimaantulon, joka vaatii 2005-teollisuusmaita vähentämään kasvihuonekaasupäästöjään. Yhdysvallat, Kiina ja Intia hylkäsivät tämän tekstin.

Les îles Cook, dans l’océan Pacifique, ont demandé à « toutes les parties de ratifier le protocole de Kyoto ».

Sans mesures urgentes, « la survie de nos peuples dans les petits Etats insulaires en développement sera sérieusement compromise », a prévenu le Premier ministre de Tuvalu, Maatia Toafa.

3-metriä korkeat aaltoja laskivat helmikuussa 2004 tästä pienestä Tyynenmeren maasta, jossa korkein kohta huipentui 4 metreissä.

« Sans actions globales (…) pour stopper l’élévation du niveau de la mer, (…) mon peuple va se transformer en réfugiés de l’environnement », a encore estimé le président des îles Marshall, Kessai Note.

Lisätietoja: lämpeneminen ja pienet saaret


Facebook-kommentit

Jätä kommentti

Sähköpostiosoitettasi ei julkaista. Pakolliset kentät on merkitty *