Kasvu, BKT ja energiankulutus: energiaverot ja uusi taloudellinen malli?


Jaa tämä artikkeli kavereillesi:

Energia ja talouskasvu: LYHYT YHTEENVETO! Remi Guillet. 3ieme ja viimeinen osa: energian verot.

Lue 2ere osa.

Polttoaineverot

Perinteisesti polttoaineliiketoiminta on avuksi hallituksille, joilla on huomattava budjetointi ja strateginen vipu, joka tukee tai muuten rajoittaa tätä tai tätä toimintaa ...

Polttoaineverot maailmanlaajuisesti (% kustannuksista pumpussa):

Öljypolttoaineiden verotus vertailussa maailmassa

Ranking alenevassa järjestyksessä (OECD / 2006-lähde)

Lisätietoja verotus ja raakaöljypolttoaineiden marginaali Ranskassa.

Poikkeukset!

Mutta tänä aikana olemme edelleen Chicagon yleissopimuksessa, joka toisen maailmansodan jälkeen ja kehittääkseen lentoliikennettä on kieltänyt petroolin verotuksen (halukas meditoimaan, kun tiedämme kulutuksen kulutusta kohti kiloa kohti siirtyneitä: 10 kertaa enemmän kuin juna!)
Muut toimialat ovat myös verotonta, suhdanteita, osa-alueita jne. Tämä koskee esimerkiksi kalastusta, maataloutta, taksia ....
Se käyttää myös verohelpotuksia aloittaakseen öljytuotteiden tuotannon tämän tai kyseisen tuotannon alalla: kasviöljy, etanoli ...
Me näemme tällä hetkellä, että näiden veronpalautusten ja erilaisten verovapautusten loppuminen voi olla vaarallista energiahuollon säilymiselle (esim. Saksan diesteri ja bioetanoli)

L’enjeu de la taxe « carbone »

La taxe carbone (ou taxe CO2) est, dans son concept, et avec d’autres « écotaxes », une taxe destinée à couvrir les frais induits par les nuisances du CO2 et, dans le même temps, à favoriser les options pour les énergies alternatives renouvelables.
Päätös hiilidioksidiveron käyttöönotosta on nyt tulossa maailmanlaajuiseksi kysymykseksi, koska se voi vaikuttaa kasvihuoneilmiön kehitykseen, josta voimme nähdä, että kaikki seuraukset päällekkäin aiheuttavat ilmastovaikeudet, jotka kiihdyttävät (paljon ylittävät eniten pessimistiset ennusteet, jotka ovat alle 10 vuotta!).
Pour le transport terrestre, on comprendra que la taxe carbone pourrait être « récoltée » aux différents passages douaniers et ainsi servir de régulateur aux échanges internationaux, donc au bout du compte, pourrait avoir un double impact : direct, écologique –sa première raison d’être- mais aussi social, avec ses répercussions indirectes sur les délocalisations et autres transports de marchandises…

Lukija kiinnostunut Hiilivero pystyy lukemaan tämän keskustelun.

Kasvu ja energia: dynaaminen näkökohta

L’évaluation des années de consommation « restantes » vue dans 1-osa tehtiin 2005-kulutuksen perusteella. Mutta emme voi enää jättää huomiotta uusien talousmahtien (Kiina, Intia, Brasilia jne.) Syntymistä, kaksinumeroista kasvua Kiinan viimeisten kymmenen vuoden aikana (vaikka nykyään taloudellinen tilanne on tämä maa kuin muut, sen suosiot ovat ehjät!).

a) Öljyn kulutuksen kasvu eri puolilla maailmaa välillä 1965 ja 2003 (lähde: bp).

öljyn kulutuksen kehitys alueittain maailmassa

Öljyn kulutus eri puolilla maailmaa välillä 1965 ja 2003 (lähde: bp).

b) Kiinan öljynkulutuksen kehitys.

Kiinan öljynkulutuksen kehitys ja historia

Kiinan öljynkulutus vuodesta 40 vuotta (lähde: bp).

Se on kerrottu 11: llä 38 vuotta!

päätökseen; ja nyt ... mitä aiomme tehdä?

Bien sûr, vouloir faire mieux, inscrire notre démarche individuelle et collective dans le sens de ce que nous croyons être notre « mieux-être » perdurera : c’est un défi spécifique à l’intelligence, à la nature humaine !
Mais ne plus appuyer nos choix stratégiques sur l’existence de la manne des énergies fossiles gracieusement offerte par Dame Nature est devenu un impératif environnemental… qui nous contraint, dès aujourd’hui, à aller vers un autre modèle de développement (On pourra consulter l’article de Rémi Guillet « Plaidoyer pour une autre croissance » sur le site des éditions l’Harmattan).

Probablement contraint par les circonstances plus que par choix délibéré nous devrons de plus en plus produire l’énergie dont nous aurons besoin pour relever nos défis ou plus précisément nous devrons investir, construire, exploiter des infrastructures ayant à produire une énergie réputée « propre ». Ceci en lieu et place d’une énergie préexistante, longtemps offerte et à profusion.

Mais cette « conversion » ne sera pas gratuite au sens économique : une nouvelle « charge » figurera au bilan de nos activités…Pour les adeptes du profit, celui-ci sera -toutes choses égales par ailleurs- amoindri d’autant, la production de richesses capitalistiques réduite d’autant…

Todennäköisesti tämä muutos on vähemmän helppokäyttöinen, koska se tuottaa kasvun arvostettuna (hyvin?) Kohtalaisena verrattuna viime vuosisadan lopulla havaittuun.

Näin tehdessään uusia kysymyksiä globalisoituneiden vaihtoehtojen todellisesta kiinnostuksesta kaikesta (esimerkiksi jogurtista, joka kulkee 9000-kilometriä ennen saapumistaan ​​kilpiin!) Tulee esiin!
Cette conversion aura cependant son versant ensoleillé : compte tenu de ce que vont devenir les coûts du transport, beaucoup moins de délocalisation seront à craindre, les vertus de proximité entre production et consommation seront redorées ! « Manufacturer » une part importante de l’énergie dont nous aurons besoin devrait (normalement) constituer un nouveau et bienvenu gisement d’emplois !

Au final, la question qui nous semble aujourd’hui être la plus pertinente concerne les modalités du « passage » du modèle actuel au modèle suivant. Ce dernier devant intégrer la rareté là où il y avait abondance, donc beaucoup plus économe, en eau, en énergie, devant engendrer et répondre à des défis radicalement nouveaux.

Ce ne sera pas le fait de couper l’eau la durée du brossage des dents, l’extinction de tous les feux quand on dort qui suffiront : si c’est mieux que rien, nous craignons que ces « petits gestes » nous donnent bonne conscience et en cela l’endorme !



Les discours politiques nous enjoignent de rejoindre le business du « développement durable ». Mais il s’agit d’un business comme un autre dans la mesure où on y adjoint le même défi de rentabilité, de profitabilité, avec les mêmes difficultés à réussir…dans un contexte de mondialisation, de délocalisation, d’iniquité (que penser de panneaux solaires made in China et installés en Provence ?).

Plus généralement, les discours officiels sur le « changement climatique » restent plutôt rassurants (peuvent-ils être autres ?) Nous aurions encore 15 ans pour réagir dit-on ! Mais cela fait déjà au moins 10 ans qu’on le dit : c’est comme l’horizon qui avance comme nous marchons !

Joten, meidän on vielä odotettava 15 vuotta harkitsemaan joitakin tärkeitä muutoksia!
Non ! Il faut prendre le problème à bras le corps…et partout, dès aujourd’hui ! Donc trouver une formulation ou un encadrement aux enjeux économiques pour que le monde s’inscrive « naturellement » dans « l’après pétrole ». Pour être plus explicite, nous allons changer notre propre formulation pour déclarer qu’il nous faut désormais remplacer le « défi économique traditionnel » par un « défi sociétal », marquant ainsi notre volonté d’aller vers un modèle de développement plus humaniste, plus équitable, visant un meilleur partage dans l’espace et dans le temps, au sein d’une même génération, avec les générations suivantes, marquant notre volonté de respecter le patrimoine naturel.

Cela, redisons-le, dès maintenant ! Alors on ne peut que se tourner vers les responsables politiques qui doivent intervenir avec beaucoup de détermination, et ensemble, pour « changer le cap » dans l’urgence. La crise actuelle peut les y aider !

Jos me reagoida nopeasti, olemme välttäneet pahimman ympäristön kaaos, olemme oli viisautta säilyttää joitakin tämän fossiilisten polttoaineiden Bonanza tuleville sukupolville ... Ja se on hyvä niille, koska tiedämme, että tiettyihin käyttötarkoituksiin, fossiilisella energialla ja etenkin öljyllä ei ole käytännössä taloudellisesti kannattavaa korviketta kovin kauan!

Sitten, kun kysymys on G. Bécaudin (tämän viimeisen kehityksen nimestä), voimme mietiskellä G. Brassensin tekstin eri tulkintoja, kun hän lauloi ...

« Mourons pour des idées, d’accord, mais de mort lente…D’accord, mais de mort lente ! »

Puisque notre propos voulait être une « brève synthèse », alors on retiendra de ce texte – plus long qu’initialement pensé ! – qu’avec la matière énergétique fossile nous avons eu le meilleur, mais à vouloir trop jouer avec le feu… nous avons préparé le pire ! A nous de jouer différemment, dès maintenant et dans l’urgence, pour montrer notre capacité à mieux maîtriser la suite de notre saga avec l’énergie.

- Lue lisää ja keskustele foorumeista: energia ja BKT: synteesi


Facebook-kommentit

Jätä kommentti

Sähköpostiosoitettasi ei julkaista. Pakolliset kentät on merkitty *